Les choix de nos programmateurs

Les 15 concerts extérieurs à ne pas manquer cette année au Festival

Pas facile de choisir parmi 350 concerts  extérieurs gratuits ! Nos programmateurs vous livrent leurs coups de coeur. Voici les concerts à ne pas manquer cette année au Festival selon...

Gabrielle Rémillard

Valaire : Je sais, on les connait bien. Mais s’ils sont au top de ma liste, c’est qu’ils trouvent toujours le moyen de se renouveler et de soulever la barre de l’expérience live encore plus haut. Un indélogeable souci de la mise en scène, des costumes, des marionnettes géantes et surtout, un sale party.

Bixiga 70 : Ils sont sur le même label que Rodrigo Amarante et représentent ce que la nouvelle scène brésilienne a de meilleur à offrir. Un spectacle mémorable, métissant afro-beat psyché, samba, et funk. Contagieux !

A-Wa : C’est un honneur de recevoir ces trois magnifiques Israéliennes, qui offrent un heureux mélange de rythmes traditionnels yéménites sur fond de hip hop et d’électro, le tout avec une finesse et un aplomb rares. Elles incarnent ce qu’il y a de plus intéressant sur la scène world actuelle. Un must du Festival cette année.

Throes & The Shine : Ces Luso-Angolais en spectacle, c’est une décharge d’énergie peu commune. Entre kuduro (électro angolaise) et rock, ils ne vous laisseront aucun répit. Vous voilà avertis !

Chouk Bwa Libète : Dans la tradition des groupes tels que Boukman Eksperyans, Chouk Bwa Libète donne dans la « mizik rasin » et donc, demeure le plus près possible des rythmes et de la danse vaudou traditionnelle. Une expérience au cœur d’Haïti, sans artifices.

Frédéric Lamoureux

Theo Lawrence & The Hearts : Avec sa voix rugueuse, ses cheveux gominés et sa dégaine à la Alex Turner, Theo s’inscrit dans la grande lignée des bluesmen des années 50. Le passé vient de basculer dans un présent intemporel et saisissant !

Dawn Tyler Watson : La reine incontestée du blues nous propose un concert bourré d’énergie qui puise dans le R&B des années 60, avec cuivres punchés et rythmes entraînants.

Two Timer : « Du grunge-blues sous stéroïdes », voici comment les Polonais Two Timer décrivent leur musique. C’est cru, c’est sale, c’est gras et surtout, c’est plein de feel !

Lil’ Ed & The Imperials : le flamboyant guitariste Lil' Ed chante et arpente la scène avec une énergie jouissive qui ne laisse aucun répit. Et ça fait 40 ans que ça dure ! Joyeux, sale ou rugueux, le Chicago blues le plus électrifiant qui soit.

Joel DaSilva : Nourri au blues, swing, rockabilly, R&B et au surf, ce guitariste-chanteur intègre la synthèse de ces genres : le résultat est un blues-rock swinguant, avec un max d’attitude, d’élégance et de soul.

Maurin Auxéméry

Anderson .Paak : Nouveau prince du R&B et protégé de Dr. Dre, le chanteur-rappeur de Los Angeles figure parmi les plus brillantes étoiles montantes de l’heure. Promesse de bonheur pour clore en beauté le Festival !

Interzone : Reconnu pour ses prestations à la fois pleines d’humour et hautes en couleur, le trio autrichien Interzone propose une musique audacieuse et sans limites où la virtuosité est toujours au rendez-vous.

ÌFÉ : Ivre d’une totale liberté d’improvisation, ÌFÉ célèbre entre chants, tambours et électronique le culte des divinités d'Afrique. Un son inédit qui impose un climat d’hypnose mystique, un songe éveillé.

Dinosaur : Encensé par les critiques depuis le lancement de son tout premier album, le groupe britannique propose un jazz à la fois raffiné et accessible avec des teintes de rock, de funk, de folk celtique et d’harmonies espagnoles. À découvrir !

Sammy Miller & The Congregation : Diplômé de la Julliard School, le batteur américain Sammy Miller a toujours cherché à faire de la feel good music. Talent débridé et joie contagieuse !

 

Publicité
;